Un spectre hante l’Aveyron, celui de la Bande à Bazars… une petite ferme en polyculture extensive, avec du blé ancien et moderne semé cet automne, du pain au levain cuit au feu de bois, des poules, un potager vivrier, un fournil et un poulailler en auto-construction... et plein d’autres choses à venir.

Nous sommes trois, installés depuis le printemps 2017. Nous partageons l’essentiel : la propriété, l’outil de travail, les activités et les revenus... chacun de nous participe aux prises de décisions et à leur mise en œuvre, nous veillons à une égale répartition des tâches tout en tenant compte des compétences et des envies de chacun. Pour nos dépenses courantes, nous avons une caisse commune.

De chacun selon ses capacités à chacun selon ses besoins...

Ni religieux, ni végans, fuyant comme la peste les mouvements de développement personnel et autres foutaises du même acabit, nous essayons d’être des utopistes pragmatiques, et ouverts sur le monde, un peu libertaires, un peu écolos et beaucoup gauchos.

Que les classes dirigeantes tremblent à l'idée du Grand Bazars ! Les paysans n'y ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à y gagner. Paysans de tous les pays, unissez vous.

Volontaires de tous les pays, contactez nous.